• Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • YouTube Social  Icon

© 2017 - Tous droits réservés - Fannette Charvier

Please reload

Posts Récents

CE QUI CHANGE AU 1ER NOVEMBRE

31/10/2019

1/10
Please reload

Posts à l'affiche

Audition de Mounir Mahjoubi, Secrétaire d'Etat chargé du Numérique

27/09/2017

 

 

Mounir Mahjoubi, Secrétaire d'Etat chargé du Numérique, était parmi nous aujourd'hui afin de répondre à nos questions et présenter la feuille de route du Gouvernement en matière de transformation numérique. Cette feuille de route repose sur 4 piliers :

 

 La transformation de l'économie 

Le numérique est un facteur de croissance et d’innovation économique.

Ce secteur comprend les entreprises dont l’objet est l’innovation. Le secteur de l’économie numérique n’est plus anecdotique ; il connaît une hyper croissance et crée des emplois qualifiés mais aussi de nouvelles formes d’emploi inclusives. Pour 2018, deux priorités ont été assignées à la politique de la French tech :

  • Le développement de la diversité. L'objectif est de susciter l’apparition des champions de demain et de créer le contexte économique qui permettra de les faire grandir, en misant sur la diversité.                                                                           -> Création d’un programme, intitulé « French tech Diversité » et financé de façon spécifique par le grand plan d’investissement, qui vise à favoriser la diversité sociale en détectant et en aidant les entrepreneurs issus de territoires où il n’est pas facile pour eux d’émerger.

  • la transformation numérique de très petites entreprises (TPE) et des petites et moyennes entreprises (PME) de l’économie dite « traditionnelle ».                                -> Création d’un plan gouvernemental pour la transition numérique des TPE-PME avec pour objectif que, dans un an, près de 100 000 PME aient fait, grâce à ce plan, un premier pas numérique (vendre un produit sur une plateforme ou mettre son catalogue en ligne par exemple). Il s’agit de sauver les commerces de proximité et les PME qui produisent localement mais ne trouvent plus de débouchés dans leur territoire, en leur permettant de vendre en France et à l’étranger.

 

 La transformation de l'Etat 

L’administration et l’action publique doivent en effet être exemplaires. Quatre axes ont été définis :

  • la relation avec les citoyens et les entreprises : numérisation de l’ensemble des démarches administratives

  • le fonctionnement de l’État : partage d'informations, compatibilité des systèmes entre les différentes administrations...)

  • l’innovation publique : apports de l’intelligence artificielle, notamment dans l’éducation nationale, la justice ou la sécurité quotidienne. 

  • la transformation « IT » (Information technology) : elle concerne les réseaux physiques – qui relient, par exemple, les préfectures entre elles et à l’État, les serveurs qui stockent l’information, les ordinateurs eux-mêmes, ainsi que l’architecture d’échange de ces données. 

 

 L'inclusion par le numérique 

L’enjeu est d’assurer l’égalité des citoyens, des territoires et des entreprises, dans ce domaine, via :

  • la couverture numérique du territoire.                                                                                -> Engagement d’assurer une couverture du territoire en bon ou très haut débit en 2020, en très haut débit en 2022 et en fibre optique en 2025, pour parvenir à ce que l’on nomme la « société du gigabit », qui figure dans les objectifs de l’Union européenne.

  • l’accompagnement des citoyens.                                                                                        -> Toute personne qui ne souhaite pas ou ne peut pas effectuer la démarche en ligne devra avoir accès à un guichet ou obtenir un rendez-vous. 

  • la préparation des jeunes générations.                                                                              -> Utilisation et compréhension poussée du numérique, apprentissage du codage,..

 

 La sécurité et la confiance dans le numérique 

La souveraineté numérique de l’État peut se résumer en un concept : l’État ne doit jamais subir son propre numérique. Pour assurer sa souveraineté numérique, il faut comprendre ses réseaux, comprendre qui intervient sur les réseaux, disposer de technologies qui ne viennent pas seulement d’un ou deux pays étrangers en situation de monopole. Il faut aussi une expertise profonde sur la cybersécurité des réseaux publics. Aujourd’hui, tous les modèles que nous connaissions, des modèles de cyberdéfense purement militaire et des modèles de cybersécurité purement civils, sont à réinventer.

 

J'ai d'une part interpellé le Secrétaire d'Etat sur la nécessité d'associer numérisation et simplification des démarches administratives et d'autre part, l'ai questionné sur les freins à l'instauration de l'identifiant unique.

 

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Please reload

Retrouvez-nous
Please reload

Archives
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square