• Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • YouTube Social  Icon

© 2017 - Tous droits réservés - Fannette Charvier

Please reload

Posts Récents

CE QUI CHANGE AU 1ER NOVEMBRE

31/10/2019

1/10
Please reload

Posts à l'affiche

Audition de Bernard Laporte, Président de la Fédération Française de Rugby

09/11/2017

 

 

Dans le cadre de la candidature de la France à l'organisation de la Coupe du monde de rugby 2023, nous avons reçu au sein de la Commission des Affaires culturelles et de l'éducation (dont le sport est également une des attributions) M. Bernard Laporte, Président de la fédération Française de Rugby, ainsi que M. Claude Atcher, Directeur de "France 2023".

 

 La candidature française 

La candidature française comporte plusieurs atouts, notamment ses stades. En effet, sur les neuf stades (Saint-Denis, Marseille, Lyon, Lille, Bordeaux, Saint-Etienne, Nantes, Nice et Toulouse) cinq sont totalement neufs, la France possédant des stades modernes grâce aux constructions et rénovations réalisées pour organiser l'Euro 2016 de football.


La France a déjà organisé la compétition en 2007. Elle avait également accueilli des matches de la compétition en 1991 et 1999. La candidature française a été initiée par Pierre Camou, président de la Fédération française de rugby à XV de 2008 à 2016, puis portée en 2017 par son successeur Bernard Laporte. Sébastien Chabal et Frédéric Michalak ont été choisis comme ambassadeurs de la candidature.
Si la France était sélectionnée pour organiser la coupe du monde de rugby en 2023, son organisation représenterait un accélérateur de développement touristique mais aussi économique avec la création de nombreux emplois sur tout le territoire pour l’organisation et la tenue de la manifestation. Sont ainsi attendus près de 450 000 spectateurs et près de 2,6 milliards de téléspectateurs. Selon une étude d’impact économique, le pays organisateur pourrait envisager un total de plus de 2,3 millions de billets vendus, des dépenses touristiques et d’organisation avec un impact direct total évalué entre 0,9 et 1,1 milliards d’euros, ou encore la création ou la conservation de 13 000 à 17 000 emplois.
 

 Fin du suspens le 15 novembre prochain 

La France est candidate aux côtés de l’Afrique du Sud et de l’Irlande. La décision interviendra le 15 novembre prochain, et un seul de ces 3 prétendants sera ainsi désigné par World Rugby, la fédération internationale de rugby (anciennement IRB).

 

Une présentation de chacune des trois candidatures a eu lieu à Londres le 25 septembre dernier. Le 31 octobre, une commission technique mandatée par World rugby a dévoilé le rapport analysant les trois candidatures. Sur la base de ce rapport, World rugby avait recommandé à l'unanimité l'Afrique du Sud comme pays organisateur, à la surprise générale. A la lecture du rapport, on peut ainsi avoir quelques doutes sur le bien-fondé de certaines analyses, en particulier en matière d'infrastructures, de sécurité et de lutte contre le dopage. 

 

 

J'ai interrogé M Laporte au sujet de la législation antidopage française, qui prône de façon justifiée la fermeté, et que les experts ayant rédigé le rapport en vue de l'attribution de la coupe du monde 2023 jugent "à risque".

 

La vidéo intégrale de l'audition est à visionner ici.

 

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Please reload

Retrouvez-nous
Please reload

Archives
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square