• Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • YouTube Social  Icon

© 2017 - Tous droits réservés - Fannette Charvier

Please reload

Posts Récents

CE QUI CHANGE AU 1ER NOVEMBRE

31/10/2019

1/10
Please reload

Posts à l'affiche

Auditions d'Agnès Buzyn, Ministre des Solidarités et de la Santé et de Jean-Michel Blanquer, Ministre de l'Education Nationale sur la pauvreté à l'école

12/02/2018

 

 

Une audition conjointe avec la Commission des Affaires Sociales s'est tenue la semaine dernière sur le thème de la pauvreté à l'école, en présence des Ministres de la Santé et des Solidarités et de l'Education nationale.

 

 La politique scolaire de lutte contre les inégalités 

Si l'École française a d'incontestables réussites, elle doit progresser encore dans sa capacité à réduire les inégalités sociales. Pour combattre la difficulté scolaire, il faut donc agir à la racine en portant une attention spécifique aux plus fragiles.

 

 

Afin que tous les élèves sachent lire, écrire et compter à l’arrivée en 6ème, le Gouvernement a fait de la lutte contre les inégalités au primaire une priorité. Pour garantir à chaque enfant « 100% de réussite au CP » 2 500 classes de CP situées en REP+ ont ainsi été dédoublées. A la rentrée 2018, les classes de CP en REP et de CE1 en REP et REP+ seront à leur tour dédoublées. Le budget 2018 prévoit ainsi la création de 3881 postes supplémentaires dans le primaire dans un contexte de baisse du nombre d’élèves. Réalisée sur 100 classes de ZEP dédoublées et 100 classes témoins, une étude de terrain montre que les effets du dédoublement sont massifs dans la lutte contre la grande difficulté scolaire.

 

Parallèlement, a été mis en place le dispositif « Devoirs faits » au collège à la Toussaint 2017 afin d’améliorer la synergie entre les temps de classe et les devoirs, et accompagner les élèves dans leur réussite scolaire.

 

 Stratégie de lutte contre la pauvreté des enfants et des jeunes 

Le 17 octobre dernier, à l’occasion de la Journée mondiale du refus de la misère, le Président de la République a lancé une grande concertation sur la stratégie de prévention et de lutte contre la pauvreté des enfants et des jeunes. Inscrit dans la feuille de route d’Agnès BUZYN, ministre des Solidarités et de la Santé, il s’agit de renouveler et amplifier le précédent plan pluriannuel de lutte contre la pauvreté, lancé en 2013 qui a permis de stabiliser le taux de pauvreté sans le faire diminuer.
La concertation doit aboutir d’ici à mi-mars 2018 par un plan d’action axé sur deux priorités : la situation des enfants et des jeunes dans une logique d’égalité des chances ; une logique d’investissement social pour intervenir en amont et à chacune des étapes de la vie, en examinant à ces étapes les politiques publiques dans leur globalité. 


Les quatre chantiers de la concertation :
• Construire une politique affirmée de prévention de la pauvreté mobilisant le droit commun. Il s’agit de développer des solutions de garde pour les enfants des familles les plus défavorisées et d’assurer le bon développement de l’enfant et une meilleure égalité des chances.
• Repérer et accompagner les personnes en situation de pauvreté, dans une logique
d’intervention précoce et de parcours visant à préserver l’autonomie des personnes. Il s’agira de favoriser l’accès aux prestations et aux services en luttant fermement contre le non-recours, qui entretient la pauvreté et de prendre en compte le rôle crucial du travail social. Une attention particulière sera portée aux jeunes adultes issus de l’aide sociale à l’enfance, ainsi qu’aux jeunes sortant du système scolaire sans formation ni diplôme.
• Aider les personnes touchées par la grande pauvreté voire l’exclusion (i.e. disposant de moins de 850 € par mois). Dans ce cas, le recours à des dispositifs spécifiques prévoyant un accompagnement renforcé – accompagnement social global, réinsertion socio-professionnelle, accès au logement... – peut être envisagé.
• Renouveler la gouvernance nationale et territoriale de la lutte contre la pauvreté.

 

 

J'ai interrogé le Ministre de l'Education national sur les effets pervers que la conception actuelle de l'éducation prioritaire peut entraîner et la Ministre des Solidarités et de la Santé au sujet de l'automatisation du droit aux prestations sociales.

 

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Please reload

Retrouvez-nous
Please reload

Archives
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square