• Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • YouTube Social  Icon

© 2017 - Tous droits réservés - Fannette Charvier

Please reload

Posts Récents

CE QUI CHANGE AU 1ER NOVEMBRE

31/10/2019

1/10
Please reload

Posts à l'affiche

ESPACE - 100ème lancement pour Ariane 5 !

26/09/2018

Cette nuit, à 00h38 (heure de Paris) précisément, le lanceur européen Ariane 5 a décollé de Kourou pour mettre sur orbite deux satellites : un japonais et un américano-azéri.
Des fusées, il en décolle pratiquement tous les mois depuis la Guyane me direz-vous. Mais ce lancement a la particularité d’être le centième du lanceur Ariane 5. L’occasion de faire un point sur ce fleuron de l’industrie européenne.

 

 22 ans de lancements 

 

C’est donc un lancement historique qui a eu lieu ce mardi 25 septembre depuis le Centre spatial guyanais pour le lanceur le plus performant au monde. Avec 95 lancements réussis et seulement 5 échecs (dont 3 partiels) depuis le premier tir en 1996, sa fiabilité en a fait LA référence mondiale. Parmi les différentes missions d’Ariane 5, on peut citer le déploiement des satellites Galileo (système de positionnement par satellite européen, concurrent du GPS américain) l’envoi de cargos permettant le ravitaillement de la Station spatiale internationale ou encore l’expédition de la sonde Rosetta et du robot Philae vers la comète Tchouri. En 22 ans, Ariane 5 a permis la mise en orbite de plus de 200 satellites institutionnels ou privés.

 

 Une grande importance pour l’Europe 

 

De gros investissements ont été entrepris depuis plusieurs décennies dans le programme Ariane car le maintien d’un accès autonome à l’espace est pour les Européens un enjeu majeur à plusieurs titres :

  • Cette autonomie est stratégique pour les besoins régaliens, notamment pour la défense et la sécurité ;

  • Ces grands programmes spatiaux contribuent directement au développement économique de l’Europe, en assurant des investissements d’avenir dans des filières technologiques de pointe et en permettant ensuite la diffusion de ces innovations à des applications dans des secteurs très diversifiés de l’industrie et des services associés.

  • Enfin, dans une période de scepticisme européen, le programme Ariane représente un formidable argument politique en faveur de l’Europe, car il fédère des initiatives autour d’un projet commun qu’aucun des pays européens ne pourrait envisager seul.

Source : Rapport de G. Fioraso sur la filière spatiale française remis au Premier Ministre en 2016.
 

 Quel avenir pour Ariane 5 ? 

 

A une époque où la concurrence des lanceurs privés est plus que jamais exacerbée, en particulier avec l’américain SpaceX qui propose des lanceurs réutilisables, la société Arianespace (désormais filiale d’Airbus) doit s’adapter pour rester compétitive. Cela a conduit les Européens et les équipes de l’Agence spatiale européenne à repenser le lanceur et de passer d'Ariane 5 à Ariane 6 avec l’objectif de baisser les coûts de 40% via des adaptations de process de fabrication, une flexibilité accrue afin de placer tout type de satellite sur une orbite optimisée quelle que soit la mission (orbite basse, géostationnaire ou héliosynchrone) et un meilleur cadencement des tirs (pour atteindre onze par an) ; le tout, en conservant la fiabilité qui a fait le succès d’Ariane.

 

 Une question de survie pour la Guyane 

 

Au beau milieu de la forêt amazonienne, les différents sites du Centre spatial guyanais (centre de contrôle, pas de tir, bâtiments d’intégration, etc.) apparaissent ça et là au-delà de la cime des arbres. Ce lieu, à des milliers de kilomètres de l’Europe continentale n’a pas été choisi par hasard : 

  • La proximité de l'équateur permet de bénéficier au maximum de l'« effet de fronde » (je vous passe les détails) qui procure au lanceur un complément de vitesse au décollage et donc la possibilité d’augmenter la charge utile (poids maximal du chargement) ;

  • Les satellites envoyés dans l'espace sont, la plupart du temps, placés sur une orbite dont le plan est pile au-dessus de l'équateur, donc moins besoin de carburant pour rejoindre l’orbite du satellite ;

  • La faible densité de la population qui réduit considérablement les risques.

Aujourd’hui, le secteur spatial est essentiel au développement et même à la survie de la Guyane. Le Centre spatial guyanais représente 20 % du PIB de la Guyane et 7.500 emplois, soit à peu près 16% de la population active.

 

 

Bravo à nos industriels, à nos ingénieurs, à nos chercheurs et à l’ensemble des personnels du secteur qui, outre de nous mettre des étoiles dans les yeux, contribuent à la puissance industrielle de la France et de l’Europe.

 

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Please reload

Retrouvez-nous
Please reload

Archives
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square