ECOLE DE LA CONFIANCE - Création des Etablissements Publics Locaux d'Enseignement des Savoirs Fo



L’EPLESF, qu’est-ce que c’est ?

L’article 6 quater du projet de loi pour une école de la confiance institue un nouveau type d’établissement public local d'enseignement particulier : les Etablissements Publics Locaux d’Enseignement des Savoirs Fondamentaux EPLESF).


Ces établissements associent école(s) du 1er degré et un collège et sont créés par arrêté préfectoral après conclusion d'une convention entre commune(s) et département régissant les charges pour chacune des collectivités. Ils pourront soit regrouper physiquement école(s) et collège ou classes d'école(s) et collège, soit exister sous forme de réseau.


Cette nouvelle organisation est-elle obligatoire ? NON

Absolument pas. Il s'agit là d'une possibilité laissée aux territoires.


C'est à l'initiative des collectivités territoriales que ces établissements verront le jour et nous ne nous attendons pas à une vague massive de création d'EPLESF puisqu'un certain nombre de maires préféreront conserver l’organisation actuelle. En revanche le concept peut intéresser certaines communes et départements car ce cadre législatif offre une grande souplesse aux collectivités territoriales qui pourront l'adapter à leurs spécificités locales. On pense bien sûr aux territoires ruraux, mais également aux établissements en réseau d'éducation prioritaire pour renforcer encore davantage les liens entre écoles et collèges.


Un amendement de la majorité a rendu obligatoire l'avis du recteur pour toute création de ce type d'établissement, étant données les implications de la communauté éducative dans ces projets. Le recteur pourra alors solliciter tout autre avis nécessaire avant de se prononcer : CDEN, CAEN, conseil école collège, conseil d'école, conseil d'administration, etc.


Les EPLESF conduisent-ils à la fermeture des écoles dans les petites communes ? NON

Le projet permet bien de maintenir dans un nouvel établissement toutes les écoles existantes. Il est parfaitement compatible avec le maintien intégral de toutes les écoles existantes. Il définit une logique d'association et non de regroupement forcé. Et une fois encore, ce sont les collectivités territoriales qui pilotent ces rapprochements.


Y'a-t-il un intérêt pédagogique ? OUI

L'intérêt pédagogique d'un tel établissement est d'encourager les interactions entre 1er et 2nd degré, entre école et collège, et notamment autour de la transition entre le CM2 et la 6ème. Cette nouvelle organisation permet d'éviter les effets de césure entre l'école et le collège ; elle crée une vraie continuité dans le parcours scolaire de l'élève et mobilise tous les acteurs de l'école et du collège autour d'un projet pédagogique cohérent.


De nombreuses expérimentations ont vu le jour sur le territoire, avec des initiatives fort intéressantes qui nécessitent toutefois une assise juridique confortée : interventions d'enseignants de collège en primaire (langues vivantes, technologie…), co-intervention d'enseignants du premier et du second degré, projets pédagogiques poursuivis sur tout le cycle 3 (du CM1 à la 6ème), etc.

Quelle gouvernance ?

Il est nécessaire de définir une gouvernance opérationnelle pour ce nouvel établissement. Même s'il associe 1er et 2nd degré, il s'agit bien d'un établissement unique, d'une seule et même entité, il faut donc définir un seul "chef" : nous avons privilégié l'approche avec un chef d'établissement. Le principal est assisté d'un adjoint en charge du premier degré qui pilote le réseau des écoles.


Le CA du collège et le ou les conseils d'école sont donc fusionnés au sein d'un même conseil d'administration, présidé par le principal ou par son adjoint. Cette unité permet d'assurer l'unité du projet et de la conduite de l'établissement. C'est aussi une instance de dialogue et de collaboration entre tous les personnels de l'établissement. L'établissement dispose également d'un conseil pédagogique, qui reprend les compétences du conseil des maîtres et du conseil de cycle des écoles ainsi que celles du conseil école-collège. En fonction des sujets à traiter, des conseils pédagogiques spécifiques aux problématiques du premier degré peuvent être organisés.

Les directeurs d'école vont-ils disparaître ? NON

En revanche les situations diffèrent en fonction du nombre d'écoles associées au sein de l'EPLESF : - Si plusieurs écoles, chacun conserve son responsable de site, qui exerce ses compétences par délégation du principal ou de son adjoint. - Si une seule école, le directeur de l'école pourra devenir l'adjoint du principal.


Ainsi, chaque école du réseau conserve un responsable de site, qui est l'interlocuteur au quotidien des familles et de la municipalité. L'ensemble de l'établissement ainsi que les personnels sont placés sous l'autorité administrative du chef d'établissement. Le niveau de décharge de chacun des actuels directeurs d'école sera conservé, ainsi que son niveau indemnitaire.

Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square
  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • YouTube Social  Icon

© 2017 - Tous droits réservés - Fannette Charvier