Focus sur les annonces du Président de la République, hier soir

Ce dimanche 14 juin, le Président de la République est revenu sur la gestion de la crise sanitaire par l’exécutif avant d’aborder une nouvelle étape du déconfinement. Il a également mis en perspective les grands thèmes autour desquels il entend rassembler les Français pour la poursuite et la fin du quinquennat.

Tourner la page des temps difficiles et tirer les enseignements de la crise sanitaire


A compter de ce jour, l’ensemble du territoire national passerait en « zone verte », à l’exception de Mayotte et de la Guyane, où le virus circule encore activement. Cependant, nous ne devons pas baisser la garde face au risque d’un retour de l’épidémie et devons continuer à respecter les gestes barrières malgré le commencement d’un retour à la vie normale.


Aussi, une nouvelle étape s’amorce pour le retour à la vie normale du pays :

  • Réouverture de tous les cafés et restaurants en Île-de-France dès le 15 juin.

  • Réouverture des crèches, écoles et collèges sur l’ensemble du territoire national pour tous les élèves et de manière obligatoire, à partir du 22 juin.

  • Possibilité de se déplacer au sein de l’Union européenne à partir du 15 juin, et dans les pays hors espace Schengen, où l’épidémie est maîtrisée, à compter du 1er juillet.

  • Confirmation de la tenue du second tour des municipales le 28 juin.

  • Assouplissement progressif des règles dans les maisons et établissements de retraite pour faciliter les visites à nos aînés/

Le Président de la République a tenu à saluer le sens des responsabilités dont les Français ont fait preuve, collectivement, face à la crise : c’est grâce au rôle joué par chacun, à chaque étape de l’épidémie, que le pays a tenu.

- « La période a montré que nous avions du ressort, de la ressource » : des dizaines de milliers de vies sauvées, le doublement de nos capacités de réanimation, l’organisation de transferts de patients entre régions et pays voisins, etc. Le Président a rappelé que nous n’avons pas à « rougir de notre bilan ». - « Cette épreuve a aussi révélé des failles, des fragilités françaises enfouies depuis des années » : dépendances, manque d’anticipation, inégalités sociales et territoriales révélées face à la crise. Nous pouvons d’ores et déjà tirer des leçons de cette crise, notamment la nécessite de retrouver la maîtrise de notre destin collectif, qu’il soit local, national ou européen. Ce sera une priorité pour les deux prochaines années, un cap et un objectif pour la décennie.


Retrouver la maîtrise de notre destin collectif et notre indépendance : deux années utiles pour dessiner un « nouveau chemin »


Mettre en œuvre une reconstruction économique, écologique et sociale Le Président de la République a rappelé :

  • L’engagement de l’État qui a été total durant cette crise pour soutenir notre économie et nos emplois « quoi qu’il en coûte » : chômage partiel, prêts garantis aux entreprises, accompagnements de secteurs stratégiques de notre économie (automobile, aéronautique, tourisme, commerce, etc.)

  • La mobilisation de près de 500 milliards d’euros en soutien de l’économie, montrant ainsi l’engagement et la force de l'État et la résilience notre modèle social.

  • Aussi, les dépenses exceptionnelles mobilisées durant la crise s’ajoutaient à notre dette et qu’elles ne seraient pas financées par une augmentation des impôts, mais en travaillant et produisant davantage.

  • Le caractère historique de l’accord franco-allemand intervenu en faveur d’un endettement commun et d’un plan d’investissement européen pour redresser l’économie continentale, résultat d’un travail initié par la France depuis trois ans pour une Europe indépendante, solidaire et souveraine.

Tout en appelant à :

  • La reconstruction écologique réconciliant production et climat : rénovation thermique des bâtiments, transports moins polluants et soutien aux industries vertes, etc.

  • L’avènement d’une nouvelle donne sociale, en invitant syndicats et patronat, par la négociation, à concilier baisse de l’activité et maintien des emplois.

  • La nécessité d’une reconstruction sociale et solidaire, s’appuyant tout d’abord sur le "Ségur de la santé" : revalorisation des personnels soignants, nouveaux investissements pour l’hôpital et la médecine de ville, etc.

  • La relance sociale et solidaire par le biais d’un investissement massif en direction de la jeunesse : par l’instruction, la formation et l’emploi.

Une France indépendante, unie autour des valeurs de la République

  • Le Chef de l’État nous a appelés à nous unir autour d’un « patriotisme républicain » mettant fin à nos divisions.

  • Il a rappelé que la République serait intraitable face au racisme, à l’antisémitisme et aux discriminations et annoncé des décisions fortes en faveur de l’égalité des chances. Ce combat devait être conduit contre la tentation communautariste et en regardant avec lucidité notre passé et nos mémoires, pour bâtir le présent et construire notre avenir, en lien notamment avec le continent africain.

  • Le Président a souligné enfin qu’il n’y a « ni sécurité, ni liberté » sans ordre républicain et que les forces de l’ordre qui en sont garantes méritent le soutien de la puissance publique et la reconnaissance de la Nation.

Proposer aux Français un chemin de concorde en partageant davantage de libertés et de responsabilités


Bâtir de nouveaux équilibres dans les pouvoirs et les responsabilités

  • Le Président a rendu hommage à l’engagement des citoyens, des entreprises, des syndicats, des associations, des collectivités territoriales et des agents de l’État local face à l’épidémie où ils ont su faire preuve « d’ingéniosité, d’efficacité et de solidarité »

  • Le Président a appelé à libérer la créativité et l’énergie du terrain en affichant la volonté de donner des libertés et des responsabilités nouvelles à nos hôpitaux, nos universités et nos collectivités territoriales.

Un « esprit de concorde » pour construire le « nouveau chemin »

  • Le Président a rappelé que le projet d’indépendance et de reconstruction qui serait mis en œuvre n’était rendu possible qu’après trois années de travail dans le domaine éducatif, économique et pour la réduction des inégalités. Le « nouveau chemin » serait conduit grâce aux résultats des grandes réformes du début du quinquennat.

Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square
  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • YouTube Social  Icon

© 2017 - Tous droits réservés - Fannette Charvier