CLIMAT - Une loi à la hauteur des ambitions

Ce mardi 4 mai 2021, mes collègues et moi-même avons largement adopté, en première lecture, le projet de loi portant sur la lutte contre le dérèglement climatique et le renforcement de la résilience face à ses effets (PJL Climat et Résilience). Je salue le vote d’une grande loi issue des propositions formulées par la Convention citoyenne pour le Climat, et complétée de mesures parfois déjà mises en place en en passe de l'être par d'autres moyens (https://www.ecologie.gouv.fr/suivi-convention-citoyenne-climat/)."....... "Après le vote de ce jour, le débat aura maintenant lieu au Sénat.Je formule le souhait que les Sénateurs confirmeront par leurs votes les ambitions de ce texte sans détourner leur regard de l'urgence climatique."




Ce texte, traduction fidèle des propositions des 150 citoyens tirés au sort de la Convention citoyenne pour le climat nécessitant une mise en œuvre législative, a été enrichi par les parlementaires pour le rendre plus ambitieux encore. Il porte des avancées historiques pour faire rentrer l’écologie dans notre quotidien et mener le combat climatique sur tous les fronts :


- Nous diviserons par deux le rythme d’artificialisation des sols en interdisant la construction des surfaces commerciales de plus de 10 000m2 dans des zones rurales ;

- Nous arrêtons tous les vols intérieurs pour lesquels il existe une alternative moins émettrice de CO2 en moins de 2h30 ;

- Nous créons l’obligation, après expérimentations, d’avoir un score-carbone sur les produits de consommation et généralisons l’éducation à l’environnement et au développement durable ;

- Nous interdisons la publicité sur les énergies fossiles et contrôlerons la mise en place d’un « contrat climat » par les annonceurs pour des publicités plus responsables ;

- A partir de 2023, dans les cantines, dans les CROUS ou dans les restaurants des administrations, une option végétarienne quotidienne sera obligatoire ;

- En 2024, la circulation des véhicules les plus polluants sera limitée en ville, en quadruplant le nombre de zones à faibles émissions (ZFE) ;

- Dès 2028, nous interdisons la location de l’ensemble des passoires thermiques ;

- En 2040, il ne sera plus possible de commercialiser des poids lourds utilisant des énergies fossiles, diesel ou essence.


Après le vote de ce jour, le débat aura maintenant lieu au Sénat. Nous appelons solennellement les sénateurs à saisir l’opportunité de changer les choses et à ne pas détourner le regard de l’urgence climatique.


Posts à l'affiche