COVID-19 _ Le point sur le conseil de défense de cette fin d'année

Garder le cap et prendre des mesures proportionnées : de nouvelles annonces pour lutter contre une vague Delta qui dure et une vague Omicron qui s’intensifie

A la suite du Conseil de Défense et de Sécurité nationale et du Conseil des ministres qui se sont tenus ce 27 décembre, le Premier ministre a tenu à faire un point sur l’évolution de la situation sanitaire à quelques jours du nouvel an et alors que les fêtes de Noël viennent de s’achever :

Nous devons faire face à une situation extrêmement tendue :


  • la 5ème vague n’est pas encore derrière nous mais nous devons aujourd’hui déjà affronter le variant Omicron. Comme nous le redoutions, sa vitesse de propagation est inédite ;

  • les chiffres des derniers jours parlent d’eux-mêmes : nous avons franchi le 24 décembre le seuil symbolique des 100 000 cas quotidiens, un seuil jamais atteint depuis le début de la pandémie. Le taux d’incidence à l’échelle nationale est aussi au plus haut depuis le début de la crise ;

  • sans surprise, les personnes aujourd’hui hospitalisées ou atteintes de formes graves sont les personnes non vaccinées ou parfois des malades vaccinés mais atteints de graves comorbidités.


Face à cette situation, nous avons une arme puissante : la vaccination. Notre message n’a pas changé et nous allons continuer à le marteler : le vaccin nous protège et protège les autres. La vaccination n’est pas un rempart infaillible contre le risque d’être contaminé ou de transmettre la maladie, mais elle réduit très fortement ce risque et, par-dessus tout, elle protège contre les formes graves de la maladie. Même contre le variant Omicron, surtout lorsque l’on a reçu sa dose de rappel (ou que l’on a reçu ses 2 doses et que l’on a été atteint par la COVID-19). De nouvelles mesures ont été annoncées ces derniers jours pour nous permettre d’affronter cette nouvelle vague. Nous sommes guidés par des objectifs clairs : accélérer et renforcer encore davantage la vaccination, faire peser la contrainte sur les non-vaccinés, tout en cherchant à aller vers et à convaincre celles et ceux de nos concitoyens qui sont encore très éloignés du système de soins et qui n’ont pas encore reçu leur première dose :

  • nous avons ouvert, sur la base du volontariat, la vaccination aux enfants âgés de 5 à 11 ans, en priorisant ceux d’entre eux qui seraient atteints d’autres pathologies ;

  • le projet de loi transformant le pass sanitaire en pass vaccinal, annoncé par le Premier ministre il y a quelques jours, a été adopté aujourd’hui en Conseil des ministres. Le travail du Parlement va débuter et si cette règle est votée par les parlementaires, elle s’appliquera dès le 15 janvier prochain. Nous voulions aller vite, c’est chose faite ;

  • les sanctions contre les détenteurs de faux pass sanitaires vont être renforcées. Nous ne pouvons pas accepter, alors que nos professionnels de santé sont mobilisés sans relâche pour préserver la santé de nos concitoyens, que des individus mettent délibérément en danger la vie d’autrui ;

  • dès demain, comme le recommande la Haute Autorité de Santé, il suffira de 3 mois après avoir reçu sa 2ème injection (ou votre première si vous avez eu la COVID-19) pour pouvoir bénéficier de votre rappel.


La très forte contagiosité du variant Omicron, la vitesse à laquelle il se propage dans notre pays doit nous conduire à prolonger et amplifier de manière proportionnée nos mesures pour freiner sa circulation, soulager nos services hospitaliers et éviter la désorganisation de l’économie dans les prochaines semaines. Nous saluons évidemment l’esprit de responsabilité dont les Français ont fait preuve pendant les fêtes, en se faisant tester massivement. Mais nous devons aujourd’hui aller plus loin pour continuer à protéger les Français et préserver notre économie. Nous faisons le choix de prendre des mesures de freinage et cohérentes et les moins contraignantes possibles, quand d’autres pays font le choix de restriction sévères.

A compter du lundi 3 janvier et pour trois semaines :


  • les grands rassemblements seront limités à une jauge de : 2 000 personnes max en intérieur et 5 000 personnes max en extérieur ;

  • les concerts debout seront interdits ;

  • la consommation de boissons et d’aliments sera interdite dans tous les cinémas, les théâtres, les équipements sportifs et les transports collectifs, y compris longue distance et domestiques ;

  • la consommation dans les bars et les cafés ne pourra plus se faire debout mais seulement de manière assise.


A compter de la rentrée et pour une durée de trois semaines :

  • le recours au télétravail sera rendu obligatoire, dans toutes les entreprises et pour tous les salariés pour lesquels il est possible, à raison de 3 jours minimum par semaine et si possible 4 jours. La ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion mènera dès demain une concertation avec les partenaires sociaux ;

  • l’obligation du port du masque, déjà partout applicable en intérieur, sera étendue et mieux respectée, notamment dans tous les centre-ville. Les préfets adopteront les dispositions correspondantes en lien avec les maires.


A la fin de cette semaine, après avis des autorités de santé et compte tenu des caractéristiques du variant Omicron, nous allons également ajuster notre doctrine sur la durée d’isolement et les cas contact. Là encore, notre objectif est d’adapter ces consignes en fonction du variant et de faire peser une contrainte moindre sur les personnes vaccinées. Alors que le réveillon du 31 décembre approche et que les Français se retrouveront sans doute en famille ou entre amis, nous devons faire collectivement faire preuve de la plus grande vigilance. Cela veut dire continuer à faire preuve de responsabilité ensemble en respectant des mesures de bon sens : limiter grandes fêtes et grands diners, porter le masque, aérer les pièces, respecter les gestes barrières, se faire tester et s’isoler en cas de test positif. Comme le Premier ministre l’avait déjà indiqué, les cérémonies de vœux prévues en janvier sont annulées. Enfin, la crise sanitaire ne saurait entraver notre vie démocratique et l’exercice d’un droit constitutionnel aussi fondamental que le vote. C’est pourquoi le Premier ministre a annoncé que le ministre de l’Intérieur réunirait prochainement une commission sur l'organisation de l'élection présidentielle en présence de toutes les formations politiques. Nous restons fidèles à la ligne directrice qui nous guide depuis le début de la crise : encore et toujours la concertation avec les acteurs concernés, pour concilier la nécessaire protection des Français et la poursuite de notre vie démocratique. Il y a tout juste un an, notre campagne de vaccination débutait et beaucoup doutaient de notre capacité à vacciner massivement la population. Un an plus tard, notre pays est l’un des pays les plus vaccinés au monde grâce à la mobilisation de chacune et chacun d’entre nous. C’est en poursuivant tous ensemble nos efforts, grâce à notre esprit de responsabilité et de solidarité, que nous pourrons affronter cette nouvelle vague.

Posts à l'affiche