HAUSSE DE L'ÉNERGIE _ Le gouvernement met en place un bouclier tarifaire

Jean Castex a annoncé jeudi 30 octobre lors du journal de 20h de TF1 la création d'un nouveau bouclier tarifaire pour préserver le pouvoir d'achat des Français face aux hausses de l'énergie.



Gaz : des prix bloqués de novembre à avril


Après l'augmentation de 12,6% en octobre, "il n'y aura plus d'augmentation du prix du gaz", a indiqué le Premier ministre. Un blocage permis par le fait que les prix devraient baisser en avril 2022.

Pour compenser ce blocage, la chute habituelle et attendue des prix du gaz au printemps, après la saison du chauffage, sera ensuite répercutée seulement en partie sur les consommateurs pour permettre aux opérateurs de récupérer les sommes payées en plus pendant l'hiver sans pouvoir les facturer aux consommateurs. C'est ce que le gouvernement appelle un "lissage" des prix.

Electricité : une hausse limitée à 4%

Le gouvernement va également limiter la prochaine hausse prévue des prix de l'électricité, qui doit avoir lieu en février 2022, à 4%. Si une majorité de l'électricité française provient du nucléaire et des énergies renouvelables, une petite partie reste liée au gaz, laissant craindre une augmentation de 12%. Pour limiter cette hausse, le gouvernement va "diminuer une taxe sur l'électricité", via un amendement au projet de loi de finance.

Chèque énergie

Jean Castex a également fait une annonce sur le chèque énergie, un dispositif créé après la crise des "gilets jaunes" et destiné à plusieurs millions de ménages modestes. Un premier versement supplémentaire de 100 euros avait déjà été décidé pour le mois de décembre. "Si les mesures que nous prenons ne sont pas suffisantes, nous le revaloriserons", a-t-il rappelé.


Les actions complémentaires


Nous avons également mis en place plusieurs outils depuis le début du quinquennat pour réduire la facture et la fracture énergétique.

- Réforme du marché unique européen

- Aides à la rénovation énergétique

- Le programme "habiter mieux" qui permet la rénovation de près de 200 000 logements

- Le pacte énergie et solidarité qui vise l'isolation des combles des ménages en situations de précarité

- La taxonomie verte



Pourquoi les prix augmentent-ils ?


En premier lieu, cette hausse s'explique par le redémarrage simultané des économies mondiales après la crise sanitaire. Les ressources énergétiques, dont le gaz, sont tout à coup très demandées, ce qui fait automatiquement remonter les prix.


Autre facteur invoqué par la Commission de régulation de l'énergie (CRE) : les prix des quotas d'émission de CO₂ en Europe, ces « droits à polluer » qui s'échangent sur le marché européen, ont bondi, ce qui fait progresser la consommation de gaz pour la production d'électricité au détriment du charbon.


Enfin, l'hiver dernier a été relativement froid en Europe et surtout plus long que d'habitude. Cela a poussé à la consommation de gaz pour le chauffage, qui a été 15 % supérieure à celle de 2020 lors des cinq premiers mois de l'année en France, selon GRTgaz. Résultat, les stocks européens ont été sérieusement entamés et n'ont pas pu être totalement reconstitués durant l'été, en raison, encore une fois, de la forte demande mondiale.
















Posts à l'affiche