SANTÉ - 19 milliards d'euros pour l’investissement et le désendettement

Depuis maintenant plus d’un an, notre système de santé tient face à une épidémie hors du commun. Le gouvernement a conscience que ce système est fragile et qu’il a besoin de fonds pour tenir. C’est pourquoi, l’an dernier, le gouvernement a lancé un Ségur de la santé afin d’apporter des solutions concrètes aux problèmes que connait la santé dans notre pays. Un premier volet de ce Ségur a déjà été lancé avec des revalorisations massives des salaires des soignants, le lancement d’embauches importantes à l’hôpital public et la revalorisation de l’attractivité de ces professions. Il est temps de franchir une deuxième étape pour la refonte de notre hôpital et de nos EHPAD, leur donner tous les équipements adaptés et les préparer aux défis de l’avenir.



19 milliards d’euros pour notre système de santé

Hier, le Premier ministre s’est rendu à Cours-Cosne-sur-Loire, accompagné du ministre des Solidarités et de la Santé, afin d’annoncer un investissement historique de 19 milliards d’euros pour notre système de santé. Cette phase deux du Ségur de la santé est ambitieux par son ampleur mais aussi par son périmètre, car il investit tant dans les établissements de santé que dans le secteur médico-social.


Ce plan se fonde avant tout sur l’investissement et le désendettement des structures que l’on peut décliner en quatre volets :

- 9 milliards d’euros pour financer directement de nouveaux investissements dans les établissements de santé et en ville ;

- 6,5 milliards d’euros pour alléger la dette des établissements de santé et restaurer leur capacité financière ;

- 1,5 milliard d’euros pour rénover les EHPAD et y créer des places ;

- 2 milliards d’euros pour accélérer la transition numérique de la santé qui permettra à nos concitoyens de bénéficier de nouveaux services et de toucher plus largement les Français.

Ces investissements se feront pour les territoires et en lien avec eux. Une méthode nouvelle a donc été mise en place avec :

- une déconcentration de la gestion des investissements confiée aux ARS ;

- un accompagnement des projets par les professionnels de santé ;

- une approche globale des enjeux de santé locaux afin de traiter l’ensemble des problématiques de l’offre de soins, qu’elles soient sanitaires, médico-sociales, publiques ou privées ;

- une transparence assurée par le Comité national de l’investissement en santé qui permettra le partage de nos priorités dans les différents projets.



737 millions d’euros pour la Bourgogne Franche-Comté

Sur les 19 milliards d’investissements, la région Bourgogne Franche-Comté se voit dotée 737 millions d’euros. Sur cette enveloppe : 472 millions d’euros seront consacrés au désendettement, 201 millions d’euros aux projets à long terme et 63 millions aux investissements de la vie quotidienne.



Des résultats déjà concrets pour la Bourgogne Franche-Comté

Avec le premier volet du Ségur de la santé, celui de la revalorisation salariale des soignants, la Région reçoit une enveloppe de près de 94 millions d’euros par an pour le secteur des EHPAD et 215,5 millions d’euros par an pour le secteur hospitalier. Le Ségur a également permis de proposer 30 places supplémentaires en école d’infirmier et l’ARS a pu financer plus de 180 lits dits « saisonniers ».



Lors de son déplacement à Cours-Cosne-sur-Loire, le Premier Ministre a également annoncé la création du troisième pilier du Ségur de la santé qui portera sur la souveraineté sanitaire. Les mesures prises à cet égard nous permettront de renforcer notre indépendance en termes de production de médicaments, de vaccins et de dispositifs médicaux.




Toutes les informations sur le Ségur de la santé à retrouver ici : https://solidarites-sante.gouv.fr/systeme-de-sante-et-medico-social/segur-de-la-sante-les-conclusions/article/accords-carrieres-metiers-et-remunerations




Posts à l'affiche