SEMAINE DE L'INDUSTRIE_ inventer un avenir durable pour une industrie décarbonée

Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance, et Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée chargée de l’Industrie ont lancé ce lundi 22 novembre, la 10ème édition de la Semaine de l’Industrie. Chaque année, ce rendez-vous permet aux collégiens, lycéens, apprentis et demandeurs d’emploi de découvrir ce qu’est réellement l’industrie : un secteur d’avenir dynamique, engagé dans les transitions numérique, écologique et énergétique, et qui recrute fortement : plus de 70 000 offres d’emplois sont actuellement à pourvoir.


Le thème de cette 10ème édition, « Inventer un avenir durable » valorise l’engagement des acteurs industriels et des partenaires de l’événement dans la transition écologique, numérique, l’économie circulaire et le « Fabriqué en France ». Avec plus de 770 événements sur la mixité des métiers industriels, la Semaine de l’Industrie valorise également les actions visant à renforcer la mixité des métiers et la sensibilisation des femmes aux carrières industrielles. Pour illustrer la capacité de l’industrie française à s’adapter aux enjeux climatiques, la ministre déléguée à l’Industrie a également annoncé que les haut-fourneaux, cimenteries et usines chimiques françaises lanceront au cours des 18 prochains mois leurs premiers efforts pour réduire leur consommation d’énergies fossiles, pétrole ou gaz, tout en poursuivant leurs investissements industriels, afin d’abaisser leur empreinte carbone globale. Le Gouvernement a mis en place un programme d’accompagnement du secteur en 3 points pour que les entreprises ne quittent pas l’orientation de décarboner leur processus industriel et faire en sorte que chacun des trois secteurs les plus émetteur – métallurgie, ciment, chimie – puisse être au rendez-vous de la réduction de 35% des émissions de l’industrie d’ici 2030 et pour la neutralité carbone en 2050 :

  • agir sur l’efficacité énergétique en faisant en sorte de mieux utiliser l’électricité dans usines ;

  • arrêter d’utiliser du gaz naturel pour faire de la chaleur au profit de l’hydrogène décarboné ;

  • investir dans les technologies de rupture, notamment la capture de carbone pour utilisation ou stockage.

Dans le plan de relance, 1,2 milliard d’euros sont consacrés à la décarbonation des sites industriels. Nous avons déjà retenu 99 sites et 42 nouveaux lauréats, ce qui fait qu’au total 141 projets de décarbonation sur des sites industriels sont accompagnés par l’État, avec un objectif à mi-2022 de 3,6 millions de tonnes équivalent carbone de moins.

Posts à l'affiche